7 Leçons Tirées De 2015

Je n’étais plus fan de bilans annuels mais voilà, l’envie me reprend de regarder quelques instants en arrière pour tirer les leçons de l’année passée.

Il s’est passé pas mal de choses et je crois que comme d’habitude, j’ai changé. Non. J’en suis sûre. Vous n’êtes pas obligé de me croire mais nous changeons tout le temps. Ou plutôt, nous avons la possibilité de changer à tout moment.

Comme pour tout le monde il y a eu des hauts et des bas.

L’année a commencé avec une retraite de 5 jours avec mon excellent mentor Keith Blevens, ça m’a fait l’effet d’une bonne grosse claque et m’a réveillée de quelques années de sommeil profond (environ 40). Depuis je sais exactement ce que je veux faire, peu importe comment je le fais.

2015 est aussi l’année de mes 40 ans, de mon premier cours en ligne, de mon blog, mon premier podcast, mes vidéos avec les collègues, le début de ma formation de formatrice (qui l’eût cru ?)… quand je regarde en arrière je me dis que je n’ai pas chômé.

Sans plus attendre, voici ce que je retiens de cette année, ce sont des leçons que je souhaite partager avec vous, qui vous aideront sans doute pour l’année à venir:

 

  1. L’  « échec » n’est pas fatal. Je me souviens que lorsque quelque chose ne fonctionnait pas, il fallait que je ressasse et analyse tout ce qui n’avait pas fonctionné et pourquoi. Arrêtez tout. Ça ne sert à rien, vous êtes en train d’inventer de nouveaux problèmes supplémentaires qui ne vous aident pas du tout. En analysant des soi-disant problèmes les années précédentes, je me suis retrouvée dans le pétrin et en paie encore les pots cassés. Votre projet n’a pas fonctionné ? OK. Relevez-vous et regardez en face, tentez une nouvelle façon de faire.

 

  1. Prenez le temps. Nous sommes toujours à 100 à l’heure pour faire tout ce que nous avons à faire, parce que les journées sont trop courtes. Nous aimerions faire tant, des choses qui ne sont même pas intéressantes souvent (le repassage que je hais passionnément par exemple, etc.). Je pense que dans notre élan nous oublions que la vie est bien trop courte. Certes il faudra quand-même se mettre aux tâches ingrates mais franchement, réfléchissez un moment… nous courons comme si nous avions la vie devant nous. C’est tout simplement faux. Tout peut s’arrêter demain.

 

  1. Faites ce qui vous botte. Et oui je vous le disais plus tôt, la vie est bien trop courte. Pourquoi devrions-nous vivre une vie qui ne nous passionne pas ? Je suis anti métro-boulot-dodo. Vous allez me dire, oui mais on n’a pas le choix. On a toujours le choix, c’est juste que vous ne le voyez pas là maintenant. Et ça ne veut pas dire que vous ne le verrez pas demain. Tout peut changer en un instant.

 

  1. La pensée a un rôle bien plus important que vous ne le pensez. J’espère que vous aurez l’occasion de le voir en cette nouvelle année. Si vous devez réaliser une chose, c’est bien celle-là. C’est le message que je tente de faire passer via ce blog. On me dit souvent « oui je sais que c’est mes pensées mais il y a un peu plus que ça dans ce problème-là »… et là je vous dis simplement que vous n’avez pas compris. Je me suis pris une claque début 2015 quand j’ai vu l’ampleur de la chose. C’est le lien et pouvoir invisible qui crée notre réalité. Je ne parle pas de nos pensées, c’est bien plus que ça, je parle du principe de la Pensée sans lequel nous ne serions pas. Je vais approfondir encore plus dans le blog cette année. Restez dans le coin avec un petit peigne fin, ça peut décoiffer.

 

  1. Faites plaisir mais pensez à vous avant tout. Et oui il n’y a rien de mal à être égoïste, ça peut vraiment vous être bénéfique. Apprenez à dire non, comme je l’explique dans mon article précédent. Il y a certaines choses que je ne laisse plus passer parce que je dois penser à moi et mes enfants avant tout, de plus je n’ai pas le temps de tout faire et je ne peux être partout. Si je ne le fais pas, qui le fera pour moi ?

 

  1. Riez. Dansez. Osez. Jouez.  Nous avons oublié que nous sommes de grands enfants. Pourquoi la vie doit-elle être si sérieuse ? Je vous le demande ! C’est pas comme si on allait en sortir vivant ! Je regarde mes enfants qui se font des amis dans la rue, en vacances, à l’école. Comme ça. En tant qu’adultes, nous nous méfions de tout et de tout le monde. Il y a quelques semaines j’ai eu la chance de « jouer » avec des inconnus. C’était dans un pub à Londres et un groupe d’adultes jouait à un vilain jeu de cartes (mais à hurler de rire : Cards Against Humanity pour les grands curieux, si vous avez de l’humour et que vous parlez anglais, je vous recommande de jeter un œil). Ils m’ont fait une place. Je ne connaissais personne, à part mon pote avec qui j’avais rendez-vous. Il ne les connaissait pas non plus. Nous n’avons pas échangé de noms, je ne sais pas ce qu’ils font dans la vie. Pas d’étiquette. Juste le jeu et des fous-rires. Comme des gamins. Alors ça parait idiot, mais ça m’a fait un bien fou. Je n’ai pas eu à me présenter. Rien à faire que je sois blonde, brune ou rousse. Tout le monde s’en foutait. Un échange très sympa entre êtres humains ! A quand remonte la dernière fois où vous avez joué sans la moindre étiquette, sans le moindre jugement, juste pour le plaisir d’être connecté ? Un conseil : prenez exemple sur vos enfants.

 

  1. La prise de conscience est un must si vous voulez changer votre vie. Sans réelle prise de conscience, vous n’irez pas bien loin. La plupart de mes prises de conscience sont venues de gros ras-le-bol et de mon travail avec les trois principes que je partage tout au long de ce blog. Les prises de conscience m’ont permis de :
  • perdre du poids et stabiliser sans le moindre régime (certes ça ne date pas de 2015)
  • faire un changement radical de vie et de vision de la vie (sans rien avoir demandé !)
  • passer de grande timide à aller vers les autres sans le moindre problème
  • savoir exactement ce que je veux faire de ma vie
  • Etc.

Bonne nouvelle : la prise de conscience n’est pas réservée à une élite. Nous avons constamment des prises de conscience. Nous sommes faits pour les prises de conscience. A nous de savoir nous laisser aller et ne pas avoir peur de nos expériences, aussi désagréables soient-elles.

La prise de conscience est l’antidote à la résolution. Les choses se font sans effort lorsque vous avez une réelle prise de conscience. Ne vous faites pas violence. Vous ne tenez pas vos résolutions parce que vous essayez de forcer un changement qui n’a pas vraiment de sens pour vous, ça ne va jamais bien loin.

 

Alors voilà pour mes leçons de cette année. Voilà ce que j’ai retenu et que je tenais à partager avec vous.

Qu’en est-il pour vous ? Quelles sont les leçons que vous tirez de 2015 ? Laissez-moi un commentaire ci-dessous.

En attendant je vous souhaite une excellente nouvelle année, que vous puissiez créer tout ce dont vous avez envie.

Je vous retrouve début janvier avec une série de vidéos très courtes pour que vous retrouviez votre esprit zen sans effort.

 

Crédit photo Nana B Agyei

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Merci d'avoir lu cet article. Pour aller plus loin, vous pouvez recevoir gratuitement mon enregistrement audio: L’Activateur Zen. Dites-moi simplement à quelle adresse je dois l’envoyer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *