Comment Vivre Au Mieux Son Quotidien Et Souffler Sans Rien Changer

Nous sommes tous débordés, hommes et femmes, même combat.Vivre Au Mieux Son Quotidien Et Souffler Sans Rien Changer

Nous courons dans tous les sens pour accomplir toutes les tâches possibles et imaginables en un temps minime, et rêvons de journées de 48h.

Seulement, et vous avez sans doute dû le remarquer, certains jours nous agissons sans même nous arrêter ni nous plaindre et d’autres jours cela nous affecte davantage et on a souvent des envies de meurtre d’évasion.

Il est certain que de temps en temps, un peu de temps pour soi nous aide vraiment à récupérer, un weekend, une soirée entre amis, une séance TV-Chaussettes-chips, loin du brouhaha constant, nous aide à casser la routine.

Cependant l’effet « cool Raoul » ne dure pas et le lendemain il faut repartir dans le rythme effréné de notre chienne de vie.

Alors comment gérer au mieux son quotidien…

… sans avoir à nous transformer en monstroplantes ?

  • Je pourrais vous dire de revoir vos tâches quotidiennes et réorganiser votre emploi du temps pour que vous ayez plus de temps pour souffler
  • Je pourrais vous dire d’aller courir un peu ou faire du sport régulièrement pour votre bien-être physique mais surtout mental
  • Je pourrais vous dire de vous prendre 15 minutes en rentrant du travail et vous enfermer dans votre chambre et vous relaxer sur votre lit sans aucune interruption extérieure (pas de PC, pas de téléphone, pas d’enfants, pas de conjoint)

Je pourrais partager avec vous une tonne de bonnes idées du genre qui vous aideraient certainement un temps mais nous ne serions pas en train d’adresser la vraie cause du problème.

Mais laquelle est-elle me direz-vous ?

La Vraie Cause Du Problème

Je vous disais plus tôt que certains jours nous sommes plus affectés par notre quotidien à 100 à l’heure et d’autres jours beaucoup moins alors que nos journées se ressemblent. La clé est là.

Je ne dis pas que ralentir est une mauvaise solution, au contraire, mais je peux comprendre, en tant que mère célibataire, que ce n’est pas toujours possible, nous faisons tous de notre mieux.

Ce qui vous affecte réellement n’est ni votre routine, ni votre charge de travail, ni votre entourage qui ne comprend rien et ne vous aide pas. C’est votre façon de penser à votre routine, au fait que vous n’avez que 24h dans une journée, c’est votre façon de penser à votre conjoint qui vous énerve et pas votre conjoint directement (shocking, je sais), c’est votre façon de penser à votre travail et toutes vos tâches quotidiennes, ménagères ou autres et non pas les tâches qui vous affectent directement.

TOUT PASSE PAR LA PENSĖE

Et bien qu’on le reconnaisse jusqu’à un certain point, permettez-moi de vous dire que vous ne comprenez pas vraiment. On ne se rend absolument pas compte que toute notre expérience de la vie passe par la pensée. Tout ce que nous voyons, entendons, touchons etc. passe par la pensée.

Sans la pensée nous ne pourrions pas avoir une expérience de la vie. Les évènements extérieurs ne peuvent nous affecter directement, puisque ça passe d’abord par la pensée. Ce qui explique pourquoi un jour vous êtes plus affecté par votre quotidien, un autre jour beaucoup moins. C’est votre façon de penser qui a changé. Et ça change constamment, d’un moment à un autre, ce qui fait que nous pourrions avoir autant d’expériences que de jours, voire d’heures, de minutes et de secondes.

Bien que la Pensée soit constante (et j’entends par là, le principe de la Pensée, c’est un principe fondamental de la vie, nous sommes des êtres pensants), les pensées varient et peuvent changer d’un instant à un autre. Nous nous accrochons à certaines pensées parfois que nous croyons plus que d’autres parce qu’elles nous semblent bien plus importantes que les autres que nous ne prenons pas au sérieux et sur lesquelles nous ne nous attardons donc pas.

Reconnaître ce fait peut vous aider dans votre quotidien. Si vous réalisez que c’est votre façon de penser qui joue sur votre humeur (et non l’inverse !), qui vous fait ressentir ce stress, ces désagréments, ce mal-être par rapport à votre situation, et non pas la situation même, vous pourrez commencer à entrevoir que vous et vous seul avez la clé de votre bien-être. Si vous ne vous en rendez pas compte, le monde devient alors redoutable et fatigant et vous tournez en rond.

En résumé :

  • Réalisez que ce sont vos pensées qui créent toute votre expérience de la vie.
  • Ne vous attardez pas sur ces pensées qui ne vous aident pas. Si vous ne les invitez pas à prendre le café, elles partiront comme elles sont venues parce que c’est ce qu’elles font lorsque vous n’y prêtez pas attention.

C’est ce qui explique pourquoi certains jours, avec la même charge de travail, vous avez une expérience plus agréable, vous y prêtez moins attention.

Merci à Isabelle pour sa question à laquelle je réponds en deux articles.

J’attends vos questions que vous pouvez poster dans les commentaires ci-dessous, questions en rapport avec l’article ou une question pour un problème que vous rencontrez et sur lequel vous aimeriez plus de clarté.

 

Photo Crédit  Brittney Bush Bollay

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Merci d'avoir lu cet article. Pour aller plus loin, vous pouvez recevoir gratuitement mon enregistrement audio: L’Activateur Zen. Dites-moi simplement à quelle adresse je dois l’envoyer.

6 réponses à “Comment Vivre Au Mieux Son Quotidien Et Souffler Sans Rien Changer

  1. C’est tellement vrai !
    Il y a juste un truc… c’est que 99% de nos pensées sont subconscientes. On peut encore changer celles qu’on chope au passage et qui nous emmènent dans le mur, mais le plus souvent on ne prends pas le temps de mettre le défilement de pensées sur pause et de choisir en conscience quelques pensées de remplacement, bien formatées “positive attitude”.
    Je pense qu’il est plus efficace de créer des pensées conscientes de bien-être (il y a de quoi faire !) qui vont, du fait qu’elles sont conscientes, peser plus lourd que l’armée des petites pensées-moustiques qui nous aiguillonnent négativement à tout bout de champ. Il faut seulement penser au bouton pose… y a ka, comme dirait l’autre. Simple, mais pas facile… il faut trouver le moyen de se faire rappeler régulièrement d’interrompre le flot et de le rediriger dans la bonne direction. Qui a des trucs pour opérer ce rappel à l’ordre et stopper les pensées… sans y penser ?

    1. Bonjour Sophie, bonne question 🙂
      Personnellement je ne cherche pas à changer les pensées ni arrêter le flot, si j’essaie de contrôler je vais droit dans le mur, et c’est justement ce que je ne veux pas.
      Je garde ta question pour bien expliquer dans un prochain article. Merci.

  2. Très intéressant cet article. En effet notre façon de penser peut nous faire voir le vers à moitié plein ou à moitié vide dans notre quotidien. Comme la négativité amène à la négativité, tout cela se transforme en un cercle infernal.

    Une petite astuce tout simple à mettre en place pour commencer, c’est d’arrêter de voir le journal info à la télé ! Rien que ça, fait que vous allez voir votre journée différemment… Voir toute la misère du monde 2 fois par jour pendant nos temps de repos à tendance à miner le moral !

    1. J’ai aussi arrêté les infos, on sera toujours au courant de ce qui se passe dans le monde. Pour moi c’est juste que je n’ai pas le temps. Je sais d’où vient mon malaise par rapport aux infos (de ma pensée sur le moment) et ca m’aide aussi pas mal à relativiser et à ne pas réagir directement.

  3. Cet article me fait penser au changement d’attitude que j’ai eu vis-à-vis de mes enfants quand j’ai accepté que leur « agressivité » en sortant de l’école n’était pas une énergie dirigée contre moi mais simplement un trop plein d’émotions contenues qui avaient besoin de s’échapper. Mon rôle était simplement d’accueillir tout ce qu’ils avaient à exprimer, sans nécessairement avoir à répondre. Le fait de changer mes pensées et de les transformer de « je n’ai pas envie d’entendre ça, je suis fatiguée » à « ça leur fait du bien, dans 20 mn ils se sentiront mieux » a rendu les éclats de voix bien plus acceptables à ce moment de la journée.

    1. Bonjour Blandine !
      En effet, on pense souvent que les enfants agissent d’une certaine façon pour nous faire payer ou pour nous embêter. Ce n’est pas du tout le cas.
      Si on s’arrête un instant, on se rendra compte que parfois leur « agressivité » nous affecte certains jours et pas d’autres : selon la pensée que nous avons à ce moment-là 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *